Cyril Chartier-Poyet

 

Dans le prolongement des estampages de tuile, je continue soit d'utiliser des éléments extérieurs, prélevés pour leurs qualités plastiques, afin qu'ils deviennent la matrice et le point de départ de mes recherches, soit, sur la base d'une pièce unique façonnée, de générer des moules de formes, comme l'illustre la série des poissons présentée à Chantemerle-lès-Grignan.

Paradoxalement, même s'ils font directement référence à la série et à l'industrie, ces moules de formes agissent à l'inverse comme un filet pour tenter de circonscrire la tentation de production dans ma pratique. Ils sont un cadre que je m'impose pour contenir et recentrer l'extension des possibles.

D'autres formes s'inspirent de la technique japonaise du Kurinuki, des volumes creusés dans la matière qui contiennent et génèrent  leur propre forme. L'excédent recueilli  façonne le reste de la pièce. Ce travail relègue laisse la part belle au reste, à ce qui reste (à voir) plus exactement.

@cyrilchartierpoyet